Europol a annoncé mardi la fermeture de VPNLab, un service VPN souvent utilisé par les cybercriminels.

VPNLab a été fermé après que les forces de l’ordre aient saisi 15 serveurs dans 10 pays. Des polices d’Allemagne, de République tchèque, de France, de Lettonie, de Hongrie, d’Ukraine, du Royaume-Uni, des États-Unis et du Canada ont participé à l’opération.

Europol a déclaré que VPNLab avait été lancé en 2008, promettant l’anonymat en ligne pour aussi peu que 60 dollars par an. Annoncé sur le dark web, le service VPN a été utilisé par de nombreux cybercriminels, notamment dans la distribution de ransomwares et autres malwares.

L’opération de maintien de l’ordre a commencé après une attaque contre une ville allemande en août 2019.

Selon les autorités allemandes, le service était utilisé, entre autres, par les opérateurs de ransomware Ryuk.

Le domaine VPNLab, vpnlab.net, affiche actuellement un message informant les visiteurs que le domaine a été saisi par les forces de l’ordre. Le message affirme que les autorités ont obtenu des données clients stockées sur des serveurs saisis et qu’une enquête a été lancée.

« À la suite de l’enquête, plus d’une centaine d’entreprises ont été identifiées comme étant à risque de cyberattaques. Les forces de l’ordre travaillent directement avec ces victimes potentielles pour atténuer leur exposition », a déclaré Europol.

VPNLab n’est pas le seul service VPN ciblé par les forces de l’ordre ces dernières années en raison de son utilisation par les cybercriminels. En décembre 2020, Europol a annoncé l’interruption d’un service appelé Safe-Inet.

En relation: Europol sommé de supprimer des données non liées à la criminalité

En relation: Europol annonce l’arrestation de 7 personnes liées à REvil, GandCrab Ransomware

En relation: Un rapport d’Europol met en évidence l’effet de la pandémie sur la cybercriminalité

voir le compteur

Eduard Kovacs (@EduardKovacs) est rédacteur en chef de SecurityWeek. Il a travaillé comme professeur d’informatique au lycée pendant deux ans avant de commencer une carrière dans le journalisme en tant que journaliste de sécurité de Softpedia. Eduard est titulaire d’un baccalauréat en informatique industrielle et…

Voir la source de cette publication