Enterprise SaaS pour mesurer les émissions de carbone des entreprises est chaud. Ce n’est que récemment que Planetly a été acquis par OneTrust pour un montant non divulgué. Et il y a beaucoup d’autres startups dans l’espace telles que Plan A, Watershed et Emitwise, toutes avec leur propre vision du marché.

Désormais, la société française Sweep, qui cible la gestion du carbone dans les grandes entreprises au niveau du FTSE 500, vise à prendre une longueur d’avance avec un tour de table de 22 millions de dollars de série A – l’un des plus importants à ce jour par rapport aux autres dans l’espace. Le Royaume-Uni Balderton Capital a mené le tour, avec la participation de New Wave, La Famiglia et 2050. La société a maintenant levé un total de 27 millions de dollars, moins d’un an depuis son lancement.

Sweep pousse une porte ouverte. Le mois dernier, le BCG a signalé que plus de 90 % des entreprises ne mesuraient pas leurs émissions avec précision et régularité. Alors que les ESG et le carbone accélèrent l’agenda des entreprises, les entreprises se bousculent pour trouver des solutions, en particulier à la lumière des prochaines réglementations en matière de reporting durable.

Rachel Delacour, PDG et co-fondatrice de Sweep, a déclaré : « Notre outil de niveau entreprise est là pour rendre la collecte, la sécurité et l’analyse des données carbone transparentes et automatisées, afin que les entreprises se concentrent sur la réduction de leur empreinte carbone et contribuent aux efforts mondiaux de zéro net.  »

Bernard Liautaud, Managing Partner chez Balderton Capital, a rejoint le conseil d’administration de Sweep. « La durabilité est une priorité absolue pour nous à Balderton et la mission et la vision de Sweep sont parfaitement alignées sur nos objectifs pour un avenir durable. Lorsque nous avons examiné le marché, nous avons été incroyablement impressionnés par la force de l’équipe de Sweep, ainsi que par la prévenance et la maturité de leur produit.

Sweep, maintenant une B-Corp officielle, a été l’une des rares entreprises sélectionnées pour présenter à la COP26 dans le cadre du programme Tech for Our Planet du Cabinet Office britannique.

Elle a également travaillé avec la banque d’investissement française Bpifrance pour mesurer l’empreinte de deux entreprises dans lesquelles elle investit : la société de télécommunications Orange et la technologie de l’éducation…

Voir la source de cette publication