• L’industrie mondiale de la surveillance à la location cible les gens pour collecter des renseignements, manipuler et compromettre leurs appareils et leurs comptes sur Internet.
  • Alors que ces « cybermercenaires » prétendent souvent que leurs services ne ciblent que les criminels et les terroristes, notre enquête de plusieurs mois a conclu que le ciblage est en fait aveugle et inclut des journalistes, des dissidents, des critiques des régimes autoritaires, des familles d’opposants et des militants des droits humains.
  • Nous avons désactivé sept entités qui ciblaient des personnes sur Internet dans plus de 100 pays ; partagé nos conclusions avec des chercheurs en sécurité, d’autres plateformes et des décideurs ; émis des avertissements de cesser et de s’abstenir ; et a également alerté les personnes qui, selon nous, étaient ciblées pour les aider à renforcer la sécurité de leurs comptes.

Récemment, l’accent a été mis de plus en plus sur NSO, la société à l’origine du logiciel espion Pegasus (logiciel utilisé pour permettre la surveillance) contre lequel nous avons appliqué et poursuivi en 2019. Cependant, NSO n’est qu’un élément d’une industrie cybermercenaire mondiale beaucoup plus large. Aujourd’hui, dans le cadre d’un effort distinct, nous partageons nos découvertes sur sept entités que nous avons retirées de notre plate-forme pour nous engager dans des activités de surveillance et nous continuerons à prendre des mesures contre les autres au fur et à mesure que nous les trouverons.

Qu’est-ce que la surveillance à la location ?

L’industrie mondiale de la surveillance à la location cible les internautes pour collecter des renseignements, les manipuler pour révéler des informations et compromettre leurs appareils et leurs comptes. Ces entreprises font partie d’une industrie tentaculaire qui fournit des outils logiciels intrusifs et des services de surveillance sans distinction à n’importe quel client, indépendamment de la personne qu’elles ciblent ou des violations des droits humains qu’elles pourraient permettre. Cette industrie « démocratise » ces menaces, les mettant à la disposition de groupes gouvernementaux et non gouvernementaux qui, autrement, n’auraient pas ces capacités.

Nous avons observé trois phases d’activité de ciblage de ces acteurs commerciaux qui constituent leur « chaîne de surveillance » :…

Voir la source de cette publication