La société de navettes et de logiciels à la demande Via a levé 130 millions de dollars supplémentaires, un capital qui a poussé sa valorisation à environ 3,3 milliards de dollars alors que la demande des villes pour mettre à jour ses systèmes de transport en commun augmente.

Le cycle a été dirigé par Janus Henderson avec la participation de fonds et de comptes gérés par BlackRock, ION Crossover Partners, Koch Disruptive Technologies et l’investisseur existant Exor. À ce jour, la société a levé 800 millions de dollars.

Via, qui emploie aujourd’hui environ 950 personnes, a deux facettes. La société exploite des navettes destinées aux consommateurs à Washington, D.C. et à New York. Sa plate-forme logicielle sous-jacente, qu’elle vend aux villes, aux autorités de transport, aux districts scolaires et aux universités pour déployer leurs propres navettes, n’est pas seulement le cœur de son activité ; il est devenu le principal moteur de la croissance.

Le co-fondateur et PDG Daniel Ramot avait précédemment déclaré à TechCrunch que les villes étaient peu intéressées par la plate-forme de logiciel en tant que service lorsque la société a été lancée pour la première fois en 2012. Via a décroché son premier partenariat avec Austin fin 2017, après avoir fourni la plate-forme à l’autorité de transit gratuitement. Il suffisait de permettre à Via de développer des études de cas et de convaincre d’autres villes d’adhérer au service. En 2019, le volet partenariats de l’entreprise « a décollé », a déclaré Ramot dans une interview l’année dernière.

Aujourd’hui, l’aspect logiciel — marqué en interne sous le nom de TransitTech — a éclipsé ses opérations destinées aux consommateurs. Via a déclaré que les revenus de TransitTech ont plus que doublé d’une année sur l’autre pour dépasser un taux d’exécution annuel de 100 millions de dollars. La plate-forme logicielle est utilisée par plus de 500 partenaires, dont Los Angeles Metro. Jersey City et Miami aux États-Unis ainsi que Arriva Bus UK, une société de la Deutsche Bahn qui l’utilise pour un service du premier et du dernier kilomètre reliant les navetteurs à une gare de train à grande vitesse dans le Kent, au Royaume-Uni.

Via ne fournit pas de détails sur l’utilisation prévue des fonds. Les…

Voir la source de cette publication