De l’économie déséquilibrée des créateurs et du manque de sécurité, au contrôle centralisé et aux communautés mécontentes, les défauts du Web 2.0 ont été pleinement mis en évidence ces derniers mois.

Tout d’abord, l’ancienne chef de produit Facebook, Frances Haugen, a déclaré au Congrès le mois dernier que le géant des médias sociaux « privilégiait les profits à la sécurité ». Puis, comme au bon moment, les services centralisés de Facebook sont tombés en panne dans le monde entier. La panne était si répandue que Facebook ne pouvait même pas accéder aux serveurs lui-même.

Ensuite, un pirate informatique anonyme mécontent a publié une énorme quantité de données internes de Twitch, le service de streaming populaire appartenant à Amazon. Parallèlement au code source et aux informations de paiement pour les meilleurs créateurs, le pirate a appelé à des améliorations, qualifiant la communauté de « puisard toxique dégoûtant » dans le but de « favoriser davantage de perturbations et de concurrence dans l’espace de streaming vidéo en ligne ».

Il n’a jamais été aussi évident que la vieille garde s’est trompée sur beaucoup de choses malgré la croissance, la portée et la rentabilité de ces plates-formes. La version centralisée du Web 2.0, qui était entièrement consacrée aux effets de réseau, à l’échelle massive et à l’économie du vainqueur, ne fonctionne plus pour la société.

Il est temps de faire un changement. En tant qu’entrepreneurs du Web 3.0 qui construisent une infrastructure ouverte qui favorise un Internet plus collaboratif, créatif et centré sur l’utilisateur, c’est à nous de résoudre les défauts fondamentaux de la dernière génération de technologie.

Voici comment le Web 3.0 résout certains des problèmes les plus flagrants de notre économie numérique actuelle.

Mauvais contrôle de la sécurité et des données

Twitch continue d’être en proie à des farces, comme celle-ci, qui a remplacé les arrière-plans par des photos de Jeff Bezos, le milliardaire fondateur d’Amazon. Apparemment, ces problèmes de sécurité étaient endémiques, car d’anciens employés ont signalé de mauvaises pratiques de sécurité chez le géant du streaming.

Nous sommes tous venus à…

Voir la source de cette publication