SkyCell, une entreprise suisse développant des conteneurs intelligents pour le transport de médicaments et de vaccins, annonce une levée de fonds importante. En plus d’un tour de table de 62 millions de dollars qui s’est clôturé l’année dernière, la société a maintenant levé une série C de 35 millions de dollars pour améliorer l’expédition de médicaments thermosensibles – y compris les vaccins COVID-19.

Le tour, qui est une combinaison de financement par capitaux propres et par emprunt, répertorie les investisseurs du Moyen-Orient, y compris DisruptAD et (la branche VC d’ADQ, un fonds souverain basé à Abu Dhabi), et SHUAA (un important gestionnaire d’actifs et d’investissement des Émirats arabes unis société bancaire). L’investissement comprend également, selon l’entreprise, des family offices «basés en Chine» et à Zurich», ainsi qu’un investissement de la Mobilière, une importante compagnie d’assurance privée suisse.

Ce tour porte le financement total de l’entreprise à 133 millions de dollars.

Essentiellement, SkyCell a développé un conteneur d’expédition qui maintient la température, contrôle les vibrations et est équipé de capteurs qui signalent en permanence l’état de la cargaison. L’idée est de minimiser les écarts de température – les fluctuations nocives qui peuvent gâcher les produits pharmaceutiques – et les autres dommages qui se produisent pendant l’expédition.

Un chiffre souvent cité dans la communauté de la logistique des vaccins vient d’un Rapport 2005 de l’Organisation mondiale de la santé suggérant que jusqu’à 50% des vaccins sont gaspillés – en partie à cause de problèmes de température, de logistique et d’expédition. L’industrie biopharmaceutique utilise des chiffres plus optimistes. Le cofondateur et PDG de SkyCell, Richard Ettl, affirme que l’industrie prend généralement en compte un taux d’échec d’environ 4 % pour les marchés établis et de 12 % pour les marchés émergents lorsqu’elle expédie des médicaments dans le monde entier.

Jusqu’à présent, le taux d’excursion de température de SkyCell est inférieur à 0,1 %, selon un audit externe de la technologie.

Lorsque TechCrunch a couvert SkyCell pour la dernière fois en avril 2020, la société travaillait avec huit grandes sociétés pharmaceutiques et était en phase d’essai avec sept autres. Les…

Voir la source de cette publication