La start-up Fintech Yapily a levé une levée de fonds de 51 millions de dollars de série B dirigée par Sapphire Ventures. La société a travaillé sur une API bancaire ouverte unique et unifiée pour plusieurs marchés européens. Les développeurs peuvent tirer parti de cette interface de programmation pour interagir avec des comptes bancaires tiers directement à partir de leurs propres produits.

« La principale différence entre nous et la plupart des acteurs de l’espace est notre concentration sur l’infrastructure », m’a dit le fondateur et PDG Stefano Vaccino. Contrairement à Tink ou TrueLayer, Yapily fonctionne en arrière-plan. Vous ne voyez jamais de logo Yapily nulle part et la société ne fournit aucune interface frontale.

Une autre différence est que Yapily se concentre exclusivement sur les intégrations d’API. En raison des récents changements réglementaires en Europe (PSD2), les banques doivent désormais proposer des API officielles pour s’intégrer à des services tiers. Si certains n’offrent toujours pas d’API, nombre d’entre eux se conforment désormais aux règles.

En se concentrant sur les API officielles, Yapily peut offrir une expérience plus rapide et plus fiable. D’autres startups travaillant sur des API bancaires ouvertes unifiées s’appuient sur un mélange d’API officielles, de capture d’écran et d’API privées. Le screen scraping peut être particulièrement lent et les API privées cessent parfois de fonctionner du jour au lendemain.

En matière de couverture, Yapily prend en charge plus de 1 500 banques dans huit pays différents. « Nous avons une couverture comprise entre 90 et 99% au Royaume-Uni, en France, en Espagne, en Allemagne, en Irlande, en Autriche, en Italie et aux Pays-Bas », a déclaré Vaccino. Vous pouvez voir la liste complète des banques sur cette page. Selon Vaccino, seul Tink a un niveau de couverture similaire en Europe.

Vous pouvez utiliser l’API de Yapily à différentes fins. Par exemple, l’API vous permet de vérifier le solde d’un compte bancaire, de vérifier le nom du titulaire du compte et de récupérer les deux dernières années de transaction.

Mais la startup a également remarqué que de plus en plus de clients s’appuient sur l’open banking pour effectuer des paiements à partir d’un compte bancaire. Par rapport aux paiements par carte, le compte à compte…

Voir la source de cette publication