NanoLock Security, une société israélienne spécialisée dans la protection et la gestion des appareils IoT et de technologie opérationnelle (OT), a annoncé cette semaine la levée de 11 millions de dollars dans le cadre d’un cycle de financement de série B.

Le financement, qui porte le total levé par la société à 21 millions de dollars, provenait de OurCrowd, HIVE2040 (par Avnon Group), Atlantica Group et AWZ Ventures. L’argent sera utilisé par l’entreprise pour étendre et améliorer ses solutions.

NanoLock Security a également annoncé l’élargissement de son équipe de direction et l’acquisition de deux nouveaux brevets.

La technologie de NanoLock est intégrée aux appareils lors de la fabrication ou de l’assemblage, et elle est conçue pour fournir une protection contre un large éventail de menaces, y compris les initiés, les acteurs de menace externes et les attaques de la chaîne d’approvisionnement.

Les capacités de la solution incluent également des mises à jour de micrologiciel sécurisées et gérées, des mises à jour d’état et des alertes, ainsi que des données d’investigation.

La technologie peut être utilisée pour divers types de produits, notamment les systèmes industriels, les compteurs intelligents et les dispositifs d’éclairage intelligents. NanoLock dit qu’il travaille déjà avec des services publics et des entreprises industrielles aux États-Unis, en Europe et en Asie.

Connexes : NanoLock lance une plate-forme pour protéger les appareils IoT de la production à la fin de vie

En relation: La société de cybersécurité industrielle Claroty lève 140 millions de dollars en financement de série D

Connexes: La société de sécurité IoT Vdoo étend son financement de série B à 57 millions de dollars

Eduard Kovacs (@EduardKovacs) est un éditeur collaborateur de SecurityWeek. Il a travaillé comme professeur d’informatique au lycée pendant deux ans avant de commencer une carrière dans le journalisme en tant que journaliste de sécurité de Softpedia. Eduard est titulaire d’un baccalauréat en informatique industrielle et d’une maîtrise en techniques informatiques appliquées au génie électrique.

Chroniques précédentes d’Eduard Kovacs :
Mots clés:


Voir la source de cette publication