RSA Security a transformé son activité de fraude et de renseignement sur les risques en une société autonome appelée Outseer qui doublera les outils de sécurité des paiements dans un contexte d’augmentation « sans précédent » des transactions frauduleuses.

Dirigée par le PDG Reed Taussig, qui a été nommé chef de l’unité commerciale anti-fraude de RSA l’année dernière après avoir été PDG de ThreatMetrix, la nouvelle société se concentrera uniquement sur la détection et la gestion de la fraude et les services d’authentification des paiements.

Outseer continuera à opérer sous l’égide de RSA et héritera de trois services de base, qui sont déjà utilisés par plus de 6 000 institutions financières, de la société : Outseer Fraud Manager (anciennement RSA Adaptive Authentication), un service de surveillance des comptes basé sur les risques ; 3-D Secure (anciennement Adaptive Authentication for eCommerce), un service de cartographie d’authentification de paiement sans carte et numérique ; et FraudAction, qui détecte et supprime les sites de phishing, les applications douteuses et les pages de réseaux sociaux frauduleuses.

Outseer affirme que son portefeuille de produits est soutenu par des investissements importants dans les données et la science, y compris un réseau mondial de données vérifiées sur la fraude et les transactions, et un moteur de risque qui, selon la société, fournit des taux de détection de fraude de 95 %.

Commentant le spin-out, Taussig a déclaré : « Outseer est l’aboutissement de décennies d’innovation scientifique dans les solutions anti-fraude et d’authentification des paiements. Alors que l’économie numérique continue de s’approfondir, la mission d’Outseer de libérer le monde de la fraude transactionnelle est essentielle. Notre rôle en tant que générateur de revenus pour l’économie mondiale ne fera que se renforcer à mesure que chaque entreprise numérique continuera de se développer. »

RSA, quant à lui, continuera de se concentrer sur les produits intégrés de gestion des risques et de sécurité, notamment Archer pour la gestion des risques, NetWitness pour la détection et la réponse aux menaces et SecureID pour les capacités de gestion des identités et des accès (IAM).

La scission intervient moins d’un an après que la société de capital-investissement Symphony Technology Group (STG),

Voir la source de cette publication