L’agence de protection des données de Hambourg a interdit à Facebook de traiter les données supplémentaires des utilisateurs de WhatsApp auxquelles le géant de la technologie s’accorde un accès dans le cadre d’une mise à jour obligatoire des conditions de service de WhatsApp.

La mise à jour controversée de la politique de confidentialité de WhatsApp a provoqué une confusion généralisée dans le monde entier depuis son annonce – et a déjà été retardée par Facebook pendant plusieurs mois après qu’une réaction importante des utilisateurs a vu les applications de messagerie rivales bénéficier d’un afflux d’utilisateurs en colère.

Le gouvernement indien a également cherché à bloquer les modifications des conditions générales de WhatApp devant les tribunaux – et l’autorité antitrust du pays enquête.

Dans le monde entier, les utilisateurs de WhatsApp ont jusqu’au 15 mai pour accepter les nouvelles conditions (après quoi l’obligation d’accepter la mise à jour des CGU deviendra persistante, selon une FAQ WhatsApp).

La majorité des utilisateurs qui se sont vu imposer les conditions les ont déjà acceptées, selon Facebook, bien qu’il n’ait pas révélé la proportion d’utilisateurs.

Mais l’intervention de la DPA de Hambourg pourrait retarder davantage le déploiement des CGU par Facebook – du moins en Allemagne – car l’agence a utilisé une procédure d’urgence, autorisée par le règlement général sur la protection des données (RGPD) de l’Union européenne, pour ordonner au géant de la technologie de ne pas partager les données pendant trois mois.

Un porte-parole de WhatsApp a contesté la validité juridique de l’ordonnance de Hambourg – la qualifiant de «malentendu fondamental sur le but et l’effet de la mise à jour de WhatsApp» et arguant qu’elle «n’a donc aucun fondement légitime».

«Notre récente mise à jour explique les options dont disposent les gens pour envoyer un message à une entreprise sur WhatsApp et offre une plus grande transparence sur la façon dont nous collectons et utilisons les données. Les affirmations de la DPA de Hambourg étant erronées, la commande n’aura pas d’incidence sur la poursuite du déploiement de la mise à jour. Nous restons pleinement engagés à fournir des communications sécurisées et privées pour tout le monde », a ajouté le porte-parole, suggérant que WhatsApp, propriété de Facebook, pourrait avoir l’intention d’ignorer la commande.

Nous…

Voir la source de cette publication