L’Agence japonaise des services financiers (FSA) a révélé que l’organisme de réglementation adopterait la «règle de voyage» et les normes du Groupe d’action financière (GAFI) à l’égard de l’industrie de la crypto-monnaie dans tout le pays. Pendant ce temps, la règle du GAFI a été considérée comme ambitieuse et l’organisation Global Digital Finance et le membre consultatif de la société, Malcolm Wright, espèrent que les innovateurs du secteur aideront à façonner les conversations réglementaires.

L’Agence japonaise des services financiers est prête à suivre l’exemple du GAFI

Le Japon, pays insulaire d’Asie de l’Est avec ses 125 millions d’habitants, a vu la crypto-monnaie se répandre dans tout le pays depuis les débuts, avec une myriade d’échanges résidant dans l’État-nation comme le mont Gox aujourd’hui disparu. Mercredi, le régulateur japonais, la Financial Services Agency (FSA), a annoncé que le pays prévoyait d’adopter les lignes directrices du Groupe d’action financière (GAFI) concernant les actifs virtuels (VA) et les fournisseurs de services d’actifs virtuels, également connus sous le nom de VASP. Le 24 mars, le bureau de presse de Bitcoin.com a rendu compte des dernières directives du GAFI, qui appliquent les normes réglementaires aux échanges décentralisés (dex), aux defi et aux NFT.

Le régulateur japonais vise à mettre en œuvre les règles du GAFI à l'égard des entreprises de cryptographie en 2022
Annonce de l’Agence japonaise des services financiers (FSA).

L’annonce de la FSA émanant du Japon indique qu’elle souhaiterait que l’Association japonaise d’échange d’actifs virtuels et cryptographiques (JVCEA) coopère avec les directives du GAFI. La règle sera adoptée dans tout le pays insulaire d’ici 2022, a également noté la FSA. Les autorités japonaises ont suivi les recommandations du GAFI et la nation voisine de la Corée du Sud a également suivi les directives. Les responsables sud-coréens ont tiré parti du Service national des impôts (NTS) et la Commission des services financiers de Corée du Sud a lancé des lois AML sur la cryptographie en mars.

Un membre consultatif mondial de la finance numérique demande …

Voir la source de cette publication