L’Union européenne peut enquêter sur l’acquisition par Facebook de 1 milliard de dollars de la plate-forme de service client Kustomer après que des préoccupations lui ont été signalées en vertu des règles de fusion de l’UE.

Une porte-parole de la Commission a confirmé avoir reçu une demande de renvoi de l’acquisition proposée de l’Autriche au titre de l’article 22 du règlement de l’UE sur les concentrations – un mécanisme qui permet aux États membres de signaler une transaction proposée qui ne peut pas être notifiée sous les seuils de dépôt nationaux (par exemple, parce que le chiffre d’affaires de l’une des entreprises est trop basse pour une notification formelle).

La porte-parole de la Commission a déclaré que l’affaire avait été notifiée en Autriche le 31 mars.

«À la suite de la réception d’une demande de renvoi au titre de l’article 22, la Commission doit transmettre sans délai la demande de renvoi aux autres États membres, qui auront le droit de se joindre à la demande de renvoi initiale dans les 15 jours ouvrables après avoir été informée par la Commission de la demande initiale », nous a-t-elle dit, ajoutant:« Après l’expiration du délai imparti aux autres États membres pour se joindre à la saisine, la Commission disposera de 10 jours ouvrables pour décider d’accepter ou de rejeter la saisine. »

Nous saurons dans quelques semaines si la Commission européenne examinera ou non l’acquisition – une option qui pourrait bloquer la transaction pendant des mois, retardant les projets de Facebook d’intégrer la plate-forme de Kustomer dans son empire.

Facebook et Kustomer ont été contactés pour commenter le développement.

L’achat prévu par le géant de la technologie de la plate-forme de gestion des relations avec la clientèle a été annoncé en novembre dernier et a rapidement soulevé des inquiétudes quant à ce que Facebook pourrait faire avec les données personnelles détenues par Kustomer – qui pourraient inclure des informations sensibles, étant donné que les secteurs desservis par la plate-forme incluent les soins de santé, le gouvernement et les finances. services, entre autres.

En février dernier, le Conseil irlandais des libertés civiles (ICCL) a écrit à la Commission et aux agences nationales et européennes de protection des données pour faire part de leurs préoccupations concernant le projet de …

Voir la source de cette publication