Les institutions doivent conserver leurs actifs cryptographiques quelque part. Et ils ne vont pas le garder sur une opération de cryptographie aléatoire ou de qualité grand public. Cela nécessite une technologie plus sophistiquée. De plus, être dans l’UE constituera un obstacle majeur à l’entrée de nombreuses opérations basées aux États-Unis ou en Asie.

C’est ainsi que la plateforme berlinoise de conservation des actifs numériques et de services
Finoa, a clôturé une ronde de financement de série A de 22 millions de dollars, pour ce faire.

Le tour était dirigé par Balderton Capital, aux côtés des investisseurs existants Coparion, Venture Stars et Signature Ventures, ainsi qu’un investisseur non divulgué.

Fondamentalement, la startup basée à Berlin travaille avec le protocole FLOW de Dapper Lab, NEAR et Mina, qui deviennent rapidement des normes pour les actifs cryptographiques. Ils se heurtent à de grands acteurs tels que Anchorage, Coinbase Custody, Bitgo, des bourses comme Binance et Kraken et des solutions d’auto-garde comme Ledger.

Finoa dit qu’elle compte désormais plus de 250 clients, dont T-Systems, des natifs DeFi comme CoinList et des institutions financières comme Bankhaus Scheich.

La société affirme que son plan est de devenir une plate-forme réglementée pour les investisseurs institutionnels et les entreprises afin de gérer leurs actifs numériques.Elle a reçu une licence de garde cryptographique préliminaire et est supervisée par l’Autorité fédérale allemande de surveillance financière (BaFin).

La société a été fondée en 2018 par Christopher May et Henrik Ebbing, mais les deux avaient déjà travaillé ensemble chez McKinsey et ont commencé à travailler dans la blockchain en 2017.

May a commenté: «Nous sommes fiers d’avoir fait de Finoa la première porte d’entrée en Europe pour la participation institutionnelle et nous sommes extrêmement enthousiastes à l’idée d’accélérer encore plus notre croissance. Nous sommes impatients de soutenir de nouveaux protocoles et projets passionnants, de permettre des cas d’utilisation d’entreprise innovants et d’ajouter des produits et services financiers (décentralisés) supplémentaires à notre plate-forme. »

Colin Hanna, directeur chez Balderton Capital, qui dirige la plupart des …

Voir la source de cette publication