Twitter a annoncé cette semaine avoir suspendu plusieurs comptes faisant partie de quatre réseaux impliqués dans des activités de désinformation associées à l’Arménie, à l’Iran et à la Russie.

On pense que les acteurs de la menace derrière ces comptes sont parrainés par l’État, et Twitter a suspendu définitivement les quatre réseaux, pour avoir enfreint ses politiques de manipulation.

Les comptes liés à l’Iran, selon la plateforme de médias sociaux, faisaient partie d’un réseau qui a été initialement démantelé en octobre 2020. Environ 130 comptes faisant partie de ce réseau ont été suspendus à l’époque, sur la base des informations fournies par le FBI.

Les comptes «tentaient de perturber la conversation publique lors du premier débat présidentiel américain de 2020», dit Twitter. L’enquête sur le réseau a abouti à la suspension de 108 comptes supplémentaires opérant depuis l’Iran.

Les comptes de ce réseau, souligne Twitter, ont eu un faible engagement, avec peu d’impact sur la conversation publique.

Un total de 35 comptes liés au gouvernement arménien ont été récemment supprimés de Twitter, tous créés pour «faire avancer des récits qui ciblaient l’Azerbaïdjan et étaient géostratégiquement favorables au gouvernement arménien», dit la société.

Certains des faux comptes prétendaient représenter le gouvernement et des personnalités politiques ou des entités de presse en Azerbaïdjan. Le réseau s’est engagé dans des campagnes de spam pour attirer des abonnés et amplifier le récit.

D’autres réseaux récemment suspendus se sont avérés liés à la Russie, révèle Twitter.

Composé de 69 faux comptes, le premier des réseaux était lié aux acteurs étatiques russes et visait à amplifier les récits alignés sur les intérêts du gouvernement russe. Un sous-ensemble du réseau visait à «miner la confiance dans l’alliance de l’OTAN et sa stabilité».

On pense que 31 autres comptes faisant partie de deux autres réseaux sont affiliés au …

Voir la source de cette publication