L’organisme de surveillance des données du Royaume-Uni a relancé une enquête sur les pratiques adtech qui, depuis 2018, font l’objet de nombreuses plaintes à travers l’Europe en vertu du règlement général sur la protection des données (RGPD).

Le commerce à grande vitesse des données personnelles des utilisateurs d’Internet ne peut pas être conforme à l’exigence du RGPD selon laquelle ces informations sont correctement sécurisées, affirment les plaintes.

D’autres préoccupations liées aux enchères en temps réel (RTB) se concentrent sur le consentement, se demandant comment cela peut répondre à la norme légale requise avec des données diffusées à tant d’entreprises – y compris des informations sensibles, telles que des données sur la santé ou l’affiliation religieuse et politique et l’orientation sexuelle.

Depuis que les premières plaintes ont été déposées, le Bureau du Commissaire à l’information (ICO) du Royaume-Uni a exprimé ses propres préoccupations au sujet de ce qu’il a qualifié de problèmes systémiques de légalité dans le secteur des technologies de l’aide. Mais l’année dernière, a annoncé qu’elle suspendait son enquête en raison de la perturbation des entreprises due à la pandémie COVID-19.

Aujourd’hui, il a déclaré qu’il suspendait son enquête pluriannuelle pour continuer à pousser.

Dans une mise à jour sur son site Web, le commissaire adjoint de l’ICO, Simon McDougall, ICO, qui s’occupe de «l’innovation et la technologie réglementaires» à l’agence, écrit que le gel de huit mois est terminé. Et les audits arrivent.

«Nous avons maintenant repris notre enquête», dit-il. «Permettre la transparence et protéger les citoyens vulnérables sont des priorités pour l’OIC. Le système complexe de RTB peut utiliser les données personnelles sensibles des internautes pour diffuser des publicités et nécessite le consentement explicite des internautes, ce qui n’est pas le cas actuellement. »

«Le partage des données personnelles avec potentiellement des centaines d’entreprises, sans évaluer et traiter correctement le risque de ces contreparties, soulève également des questions sur la sécurité et la conservation de ces données», poursuit-il. «Notre travail se poursuivra avec une série d’audits axés sur les plateformes du marché numérique et nous publierons des avis d’évaluation pour des …

Voir la source de cette publication