Zoom commencera à déployer le cryptage de bout en bout aux utilisateurs de sa plate-forme de visioconférence à partir de la semaine prochaine, a-t-il déclaré aujourd’hui.

La plate-forme, dont la fortune a été suralimentée par le boom du travail à distance et de la socialisation induit par la pandémie cette année, travaille au redémarrage de sa réputation ternie dans les domaines de la sécurité et de la confidentialité depuis avril – après avoir été interpellée pour des allégations marketing trompeuses avoir le cryptage E2E (quand il ne l’a pas fait). Cependant, E2E est enfin en route.

«Nous sommes ravis d’annoncer qu’à partir de la semaine prochaine, l’offre de chiffrement de bout en bout (E2EE) de Zoom sera disponible sous forme d’aperçu technique, ce qui signifie que nous sollicitons de manière proactive les commentaires des utilisateurs pendant les 30 premiers jours», écrit-il. dans un article de blog. «Les utilisateurs de Zoom – gratuits et payants – du monde entier peuvent accueillir jusqu’à 200 participants à une réunion E2EE sur Zoom, offrant ainsi une confidentialité et une sécurité accrues pour vos sessions Zoom.»

Zoom a acquis Keybase en mai, affirmant alors qu’il visait à développer «l’offre de chiffrement de bout en bout d’entreprise la plus largement utilisée».

Cependant, au départ, le PDG Eric Yuan a déclaré que ce niveau de cryptage serait réservé aux utilisateurs payants uniquement. Mais après avoir fait face à une tempête de critiques, la société a fait volte-face rapide – déclarant en juin que tous les utilisateurs bénéficieraient du plus haut niveau de sécurité, qu’ils paient ou non pour utiliser son service.

Infos WEB:  Google prépare des alertes de sécurité repensées pour les comptes Google

Zoom a confirmé aujourd’hui que les utilisateurs de Free / Basics qui souhaitent accéder à E2EE devront participer à un processus de vérification unique – dans lequel il leur demandera de fournir des informations supplémentaires, telles que la vérification d’un numéro de téléphone par SMS – disant qu’il met en œuvre cela pour essayer de réduire «la création massive de comptes abusifs».

«Nous sommes convaincus qu’en mettant en œuvre l’authentification basée sur les risques, en combinaison avec notre combinaison actuelle d’outils – y compris notre travail avec les organisations de défense des droits de l’homme et de sécurité des enfants et la capacité de nos utilisateurs à verrouiller …

Voir la source de cette publication