Le gouvernement norvégien a déclaré mardi qu’il pensait que la Russie était à l’origine d’une cyberattaque en août visant le système de messagerie électronique du parlement du pays.

L’attaque a été détectée en août, lorsque la Norvège a annoncé que des pirates avaient attaqué le système de messagerie du parlement, accédant aux messages de certains législateurs.

« Sur la base des informations dont dispose le gouvernement, nous estimons que la Russie est responsable de ces activités », a déclaré la ministre des Affaires étrangères Ine Eriksen Soreide dans un communiqué.

Le ministère des Affaires étrangères n’a pas précisé quelles informations ont motivé ses conclusions, mais a encouragé les entreprises à suivre les directives sur la cybersécurité.

« Il s’agit d’un incident très grave, qui affecte notre institution démocratique la plus importante », a-t-elle ajouté.

Dans son évaluation annuelle de la menace publiée en février, le service de renseignement intérieur norvégien du PST a mis en garde contre des « opérations de réseau informatique » qui, selon eux, représentaient une « menace persistante et à long terme pour la Norvège ».

En 2018, la Norvège, membre de l’OTAN, a arrêté un ressortissant russe soupçonné d’avoir collecté des informations sur le réseau Internet du Parlement, mais l’a relâché plusieurs semaines plus tard en raison du manque de preuves.

Les deux pays, qui partagent une frontière commune dans l’Arctique, ont généralement entretenu de bonnes relations, mais celles-ci sont devenues tendues depuis l’annexion russe de la péninsule de Crimée en 2014.

Connexes: les Tchèques accusent un État étranger de la cyberattaque du ministère des Affaires étrangères

Connexes: la Russie nie avec colère les allégations allemandes sur la cyberattaque de 2015

En relation: L’Australie sait que la Chine a piraté son parlement: rapport

Mots clés:

Voir la source de cette publication