Dans un dossier déposé mercredi devant un tribunal fédéral, le gouvernement des États-Unis a déclaré que les utilisateurs qui utilisent ou téléchargent WeChat «Pour transmettre des informations personnelles ou professionnelles» ne sera pas soumis à des sanctions en vertu du décret du président Donald Trump interdisant les transactions avec l’application de messagerie appartenant à Tencent.

Trump a publié le décret contre WeChat le 6 août, le même jour où il a émis un décret similaire interdisant les transactions avec ByteDance, la société mère de TikTok, affirmant des problèmes de sécurité nationale. Les deux ordonnances ont semé la confusion, car elles devraient entrer en vigueur 45 jours après leur émission, mais ont déclaré que le secrétaire au commerce Wilbur Ross n’identifiera pas les transactions couvertes d’ici là.

Avec cette date limite qui approche à la fin de cette semaine, les utilisateurs de WeChat en Amérique sont toujours incertains quant à l’avenir de l’application. Bien que WeChat soit de loin la meilleure application de messagerie en Chine, où elle sert également de canal essentiel pour les paiements et autres services, la version américaine de l’application a des fonctionnalités relativement limitées. Il est utilisé par les Américains d’origine chinoise et d’autres membres de la disapora chinoise aux États-Unis pour rester en contact avec leur famille et d’autres personnes en Chine. Avec d’autres applications de messagerie populaires, comme Facebook Messenger et WhatsApp, interdites en Chine, WeChat est souvent le canal de communication le plus direct à leur disposition.

Le dépôt du gouvernement américain (intégré ci-dessous) a été effectué dans le cadre d’une demande d’injonction préliminaire contre le décret exécutif introduite par l’US WeChat Users Alliance, une organisation à but non lucratif initiée par des avocats qui souhaitent préserver l’accès à WeChat pour les utilisateurs du États-Unis Une audience est prévue jeudi.

Infos WEB:  TikTok dépose une pétition de dernière minute contre l'ordonnance Trump

Dans ce document, des avocats du ministère de la Justice ont déclaré que le département américain du commerce continuait d’examiner les transactions et clarifierait celles qui sont affectées par le 20 septembre, mais «nous pouvons fournir des assurances que [Secretary Ross] n’a pas l’intention de prendre des mesures qui cibleraient des personnes ou des groupes dont le seul lien avec …

Voir la source de cette publication