TikTok, l’application de partage de vidéos déplacée au centre du conflit économique entre les États-Unis et la Chine, prévoit de contester le décret émis par le président Donald Trump qui forcerait la vente ou interdirait le service aux États-Unis.

Selon un rapport publié hier par National Public Radio, TikTok pourrait intenter une action en justice fédérale contre l’ordre dès mardi. Le procès devrait être déposé devant le tribunal de district américain du district sud de la Californie, où TikTok a son siège social américain.

TikTok contestera la constitutionnalité de l’interdiction et ses affirmations sous-jacentes selon lesquelles le service de partage de vidéos représente une menace pour la sécurité nationale du pays, selon le rapport de NPR.

TikTok n’a pas répondu à une demande de commentaire au moment de la publication.

Jeudi, le président a signé des décrets qui imposaient aux entreprises américaines un délai de 45 jours pour dénouer leurs relations commerciales avec la société mère de TikTok, Bytedance, et avec WeChat, le service de messagerie appartenant au géant technologique de Chinse, Tencent.

TikTok avait déjà manifesté son opposition au décret lorsque la nouvelle a été annoncée que le président l’avait signé.

Comme TechCrunch l’a réitéré, la société a déclaré que la commande avait été «émise sans aucune procédure régulière» et risquerait de «saper la confiance des entreprises mondiales dans l’engagement des États-Unis envers l’état de droit». Les mécanismes que la Maison Blanche souhaite utiliser pour interdire l’application comprennent la loi sur les pouvoirs économiques d’urgence internationaux et la loi sur les urgences nationales. Mais prétendre que les opérations d’une filiale d’une entreprise étrangère sur le sol américain constituent une urgence nationale est sans précédent.

Infos WEB:  Clover Health étend sa couverture à huit États et triple son empreinte - infos

En vertu de la loi internationale sur les pouvoirs économiques d’urgence, qui a été adoptée pendant la crise des otages en Iran en 1976, le président a le pouvoir absolu d’émettre des tarifs et de suspendre les relations économiques avec d’autres entreprises.

Toute contestation de l’ordre exécutif doit venir bientôt, car Bytedance, …

Voir la source de cette publication