Image: Guillaume Périgois

Le Conseil de l’Union européenne a annoncé aujourd’hui des sanctions imposées à une unité d’espionnage militaire russe, ainsi qu’à des sociétés écrans pour des groupes menaçants chinois et nord-coréens impliqués dans des cyberattaques visant l’UE et ses États membres.

Les sanctions de l’UE comprennent le gel des avoirs et les interdictions de voyager, et interdisent aux organisations et aux particuliers de l’UE de transférer à des personnes et entités sanctionnées.

« Le Conseil a décidé aujourd’hui d’imposer des mesures restrictives à l’encontre de six personnes et trois entités responsables ou impliquées dans diverses cyberattaques », indique un communiqué de presse publié aujourd’hui.

« Celles-ci incluent la tentative de cyber-attaque contre l’OIAC (Organisation pour l’interdiction des armes chimiques) et celles publiquement connues sous le nom de » WannaCry « , » NotPetya « et » Opération Cloud Hopper « . »

Membres des services de renseignement et sociétés écrans

La décision du Conseil publiée aujourd’hui au Journal officiel de l’Union européenne mentionne l’unité 74455 du service de renseignement militaire étranger de la Russie comme l’une des entités sanctionnées aujourd’hui, une unité d’espionnage dont les membres ont également été accusés de piratage du Comité de campagne du Congrès démocratique (DCCC) et du Comité national démocratique (DNC), en 2016, avant l’élection présidentielle américaine.

Cette résolution a été déterminée par l’implication de l’Unité 74455 en tant qu’acteur de la menace suivi comme «  Sandworm  » dans la campagne de ransomware de juin 2017NotPetya (EternalPetya) et les cyber-attaques contre le réseau électrique ukrainien à l’hiver 2015 et 2016.

Les membres du GRU Alexey Valeryevich Mini, Aleksei Sergeyvich Morenets, Evgenii Mikhaylovich Serebriakov et Oleg Mikhaylovich Sotnikov ont également été sanctionnés pour avoir participé à une attaque infructueuse contre l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OPCW) en avril 2018, aux Pays-Bas.

La tentative de cyberattaque visait à pirater le réseau Wi-Fi de l’OIAC, …

Infos WEB:  Les modérateurs de contenu Facebook exigent des conditions de travail plus sûres - infos

Voir la source de cette publication