Vendredi, Microsoft a annoncé la fermeture de sa chaîne de magasins de détail et une imputation de 450 millions de dollars sur les bénéfices pour tenir compte des fermetures permanentes.

Les magasins – Microsoft en comptait 82 dans le monde, tous situés aux États-Unis sauf 10 – ont été cadenassés depuis la mi-mars, lorsque la société de Redmond, Washington les a fermés en raison de la pandémie de coronavirus. Aucun n’avait rouvert avant que Microsoft ne les glisse dans la catégorie «vraiment morts».

Quatre points de vente – l’un des magasins de New York, ceux de Londres et de Sydney et un emplacement sur le campus à Redmond – seront reconvertis en « Microsoft Experience Centers » où les produits seront probablement présentés s’ils ne sont pas vendus, mis en évidence s’ils ne sont pas vendus.

Aucune mise à pied n’a été annoncée parallèlement aux fermetures de briques et de mortier. Au lieu de cela, le personnel « servira les consommateurs, les petites entreprises, l’éducation et les entreprises, tout en créant un réservoir de talents aux compétences transférables », a affirmé Microsoft dans un communiqué du 26 juin.

L’accusation sur les bénéfices sera prise au cours du trimestre de juin, se terminant cette semaine, ce qui clôt également l’exercice 2020 de Microsoft, a indiqué la société.

Microsoft et vente au détail, 2009-2020

La stratégie de vente au détail de Microsoft s’étend sur 11 ans, jusqu’à l’ouverture de quelques magasins presque simultanément avec le lancement de Windows 7 fin 2009.

Voir la source de cette publication