Facebook a accepté de payer une amende de 9 millions de dollars canadiens (6,5 millions de dollars américains) pour avoir fait des allégations fausses ou trompeuses sur ses paramètres de confidentialité, a annoncé mardi le chien de garde de la concurrence au Canada.

Une enquête sur les pratiques du réseau de médias sociaux de 2012 à 2018 a révélé que l’entreprise a donné aux Canadiens l’impression que les utilisateurs pouvaient contrôler qui a vu leurs informations personnelles sur Facebook et Messenger.

Mais cela a permis à leurs données d’être partagées avec des développeurs tiers, a déclaré le Bureau de la concurrence dans un communiqué.

« Les Canadiens attendent et méritent la vérité des entreprises de l’économie numérique, et les revendications concernant la confidentialité ne font pas exception », a déclaré le commissaire à la concurrence, Matthew Boswell.

Il a noté que Facebook avait juré publiquement de mettre fin à cette pratique en 2015, mais avait continué à autoriser l’accès de tiers aux messages et messages de ses utilisateurs jusqu’en 2018.

Dans le cadre du règlement, Facebook a accepté de ne pas faire de déclarations fausses ou trompeuses sur la divulgation de renseignements personnels et de payer les frais d’enquête de 500 000 $ CAN du Bureau de la concurrence.

L’entreprise compte environ 24 millions d’utilisateurs au Canada.

En février, le commissaire à la protection de la vie privée du Canada a poursuivi Facebook en justice pour avoir enfreint les lois sur la protection des renseignements personnels. La société l’a qualifiée de dépassement et a demandé à un juge d’annuler l’affaire.

Connexes: Facebook accepte de payer une amende dans le scandale de Cambridge Analytica

Connexes: l’Italie inflige une amende à Facebook pour l’affaire Cambridge Analytica

Connexes: 5 milliards de dollars américains pour Facebook sur la sonde de confidentialité

Mots clés:

Voir la source de cette publication