La start-up chinoise de voitures électriques Byton a mis en congé environ la moitié des 450 employés qui travaillent à son siège nord-américain de Santa Clara, en Californie, remettant en question la date de sortie du prochain véhicule M-Byte du constructeur automobile.

Byton a déclaré à TechCrunch que les congés étaient le résultat de la pandémie de COVID-19. L’intention est de ramener ces employés en congé, a indiqué la société sans fournir de calendrier.

«Compte tenu de l’impact de la pandémie sur l’économie mondiale et les industries automobiles, nous avons dû, comme plusieurs entreprises, prendre des mesures pour relever le défi», a écrit un porte-parole de Byton dans un courriel à TechCrunch. «Les congés ont touché toutes les zones BytonAux États-Unis. Les employés en Chine n’ont pas été mis en congé. »

Electrek a été le premier à signaler les congés.

Les congés surviennent alors que la société se prépare à mettre son SUV électrique M-Byte en production en volume plus tard cette année. Le véhicule, peut-être mieux connu pour son immense tableau de bord numérique enveloppant de 48 pouces, sera produit dans l’usine Byton de Nanjing, en Chine. Le M-Byte sera vendu en Chine, aux États-Unis et en Europe.

Byton avait précédemment annoncé que les ventes commenceraient en Chine au second semestre 2020, suivies par les États-Unis. Le véhicule arrivera sur les premiers marchés européens au premier semestre 2021. Cependant, la pandémie de COVID-19 – et les congés et coupures qui s’ensuivent – pourrait retarder la chronologie de Byton.

Byton a déclaré à TechCrunch qu’il évaluait l’impact de COVID-19 sur la production du M-Byte. L’usine de Byton en Chine a rouvert ses portes à la mi-février et est maintenant presque entièrement opérationnelle, selon la société.

Byton a levé environ 820 millions de dollars auprès d’investisseurs, dont l’équipe fondatrice de l’entreprise, le groupe FAW, le fonds d’investissement pour l’industrie de l’énergie de Nanjing Qiningfeng et CATL.

Infos WEB:  Les vulnérabilités des pilotes facilitent les attaques contre les distributeurs automatiques de billets et les systèmes PoS

La startup travaille depuis des mois à la clôture d’une levée de fonds de série C. La société a déclaré à TechCrunch qu’elle était dans la «phase finale» du cycle, qui comprendra les investisseurs du groupe FAW et du fonds d’investissement industriel du gouvernement municipal de Nanjing, Myoung Shin Co. de Corée du Sud, MS Autotech et l’entreprise japonaise Marubeni Corporation

Voir la source de cette publication