Digits, une startup fintech issue de la même équipe qui a construit et vendu Crashlytics à Twitter, est officiellement lancée aujourd’hui après deux ans de développement. Il annonce également un financement de série B de 22 millions de dollars dirigé par GV, alors qu’il fait ses débuts publics.

Alors que la société avait été relativement silencieuse sur les détails du produit en mode furtif, elle dévoile aujourd’hui son premier produit: un tableau de bord visuel de suivi des dépenses basé sur l’apprentissage automatique destiné aux startups et aux petites entreprises.

Le tableau de bord, appelé Chiffres des dépenses, aide les propriétaires d’entreprise à suivre la façon dont leur entreprise dépense de l’argent, en affichant des éléments tels que les dépenses par catégorie, en identifiant les fournisseurs et les dépenses récurrentes et en proposant des alertes en temps réel, entre autres fonctionnalités.

Au lieu d’exiger des propriétaires d’entreprise qu’ils abandonnent leurs solutions financières existantes, Digits se connecte aux logiciels comptables, aux banques, aux fournisseurs de paie, aux packages financiers, aux sources de revenus et aux cartes de crédit que l’entreprise utilise déjà – comme Xero, QuickBooks, NetSuite, Citi, Bank of America ou Chase, par exemple.

Au lancement, la liste comprend plus de 9 000 banques, avec un support pour Xero et NetSuite bientôt.

Après la configuration, Digits analysera automatiquement les dépenses de l’entreprise et les visualisera en temps réel.

Alors que les visualisations de données peuvent faire penser à la start-up de finances personnelles Mint, la solution Web de Digits est de nature plus technique et offre une analyse approfondie des données disponibles. De plus, en tant que solution d’entreprise, il doit offrir des fonctionnalités telles que la sécurité, les autorisations et les flux de travail collaboratifs, ce qui se traduit par un produit plus sophistiqué.

Les chiffres utilisent également la technologie d’apprentissage automatique pour catégoriser de manière prédictive les transactions au fur et à mesure qu’elles se produisent et le logiciel peut alerter les utilisateurs sur des anomalies – comme une activité suspecte ou des transactions d’une ampleur inattendue – en temps réel. Les propriétaires d’entreprise peuvent utiliser le tableau de bord pour trouver des informations telles que la vitesse à laquelle les dépenses augmentent, à quoi ressemble le flux de trésorerie, où les coûts peuvent être réduits, quels services sont payés de manière récurrente et plus encore, et peuvent rechercher des transactions.

Infos WEB:  La violation de la sécurité du site Web expose 1 million de profils ADN

Le logiciel prend également en charge la possibilité de commenter les transactions, de mettre en boucle un collègue pour demander des éclaircissements sur une charge et de télécharger les reçus manquants. Tout utilise HTTPS avec TLS et des certificats afin que les données soient cryptées entre les services de Digit et au repos.

L’idée originale de Digits est venue d’un problème que les co-fondateurs Wayne Chang et Jeff Seibert ont dû affronter lors de la construction de Crashlytics. Comme ils l’ont expliqué précédemment, leur objectif en tant qu’entrepreneurs était de résoudre les défis techniques, et non du côté opérationnel de la gestion d’une entreprise.

De nombreux entrepreneurs se retrouvent également dans ce même espace. Ils essaient de résoudre un problème ou de résoudre un casse-tête d’ingénierie difficile, mais doivent à la place rediriger leur temps et leurs ressources vers des feuilles de calcul, des rapports financiers, des enregistrements de transactions et d’autres documents requis pour gérer réellement l’entreprise.

«Les startups et les petites entreprises n’ont tout simplement pas les ressources nécessaires pour gérer leurs finances en interne. La plupart d’entre eux se contentent toujours de feuilles de calcul, et les chanceux travaillent sur une base horaire avec des comptables externes », explique Seibert. « En conséquence, leur comptabilité elle-même est considérée comme un centre de coûts, et ils paient peu au-delà des états financiers mensuels de base – Profit & Loss, Bilan, etc. Au moment où ces états sont livrés – des semaines après la fin de chaque mois – ils sont déjà dépassés », a-t-il déclaré.

Cela signifie que les choses dont les entreprises ont besoin – comme les mises à jour, les rapports ponctuels et les nouveaux budgets – peuvent nécessiter des coûts supplémentaires et des temps d’attente plus longs, de sorte qu’elles sont ignorées.

La pandémie de COVID-19 a mis encore plus de pression sur les petites entreprises, dont beaucoup ont maintenant du mal à survivre. En conséquence, Digits a décidé de lancer le produit gratuitement pour ceux qui s’inscrivent – pas un essai gratuit, mais en fait gratuit. Il prévoit de facturer ultérieurement des produits supplémentaires et des mises à niveau payantes pour soutenir sa propre entreprise.

Infos WEB:  Les vulnérabilités de Citrix ShareFile exposent les fichiers utilisateur

Digits est en mesure de faire cette offre en raison de son financement en capital-risque désormais étendu.

Déjà, la société avait levé 10,5 millions de dollars en financement de série A dans une ronde dirigée par Benchmark. Cette tournée avait également inclus 72 investisseurs providentiels importants, y compris des fondateurs et des PDG d’entreprises comme Box, GitHub, Tinder, Twitch, StitchFix, SoFi et plusieurs autres – des entrepreneurs qui comprennent les problèmes que Digits cherche à résoudre.

Aujourd’hui, Digits annonce un investissement supplémentaire de 22 millions de dollars dirigé par Jessica Verrilli chez GV, qui rejoint également le conseil d’administration de Digits aux côtés de Peter Fenton de Benchmark. (Benchmark a également participé au nouveau cycle).

«Jeff et Wayne sont passés maîtres dans la création de produits intuitifs et hautement utilitaires à partir de données complexes», a déclaré Verrilli à propos de l’investissement dans GV. « J’ai vu cela de près avec Crashlytics et Twitter, et je suis ravie de collaborer avec eux sur Digits alors qu’ils réinventent les logiciels financiers pour les startups », a-t-elle ajouté.

La start-up, qui compte maintenant 18 membres et embauche, offrait déjà sa solution logicielle à un groupe de clients avant le lancement public d’aujourd’hui, qui fonctionnait effectivement comme des bêta-testeurs permettant à Digits d’affiner son produit. Les chiffres ne sont pas en mesure de partager leurs noms de clients, pour la plupart. Cependant, il a noté que Coda était l’un des premiers à adopter et a fourni de précieux commentaires.

Il compte également plus de 10000 entreprises qui ont rejoint sa liste d’attente au cours des deux dernières années et qui sont maintenant admises.

Au moment de sa série A, Digits a vu plus de 1,5 milliard de dollars de valeur transactionnelle traverser ses systèmes de production. Ce nombre est depuis passé à 8 milliards de dollars.

Le logiciel est gratuit à partir d’aujourd’hui pour les petites entreprises basées aux États-Unis. La société prévoit d’ajouter un support pour les marchés internationaux plus tard cette année.



Voir la source de cette publication